Nicoli, le résistant

584

Virginie Ferrand Sereni

Né en 1899 à San Gavino di Carbini, Jean Nicoli débute sa carrière d’instituteur en Corse pour la poursuivre au Sénégal. En 1939, il rejoint le Parti Communiste et la résistance corse. Il est arrêté par la Gestapo italienne en 1943.

« Vous n’avez pas le courage de me regarder dans les yeux… Vous êtes des lâches. »

lance-t-il à ses bourreaux alors qu’il refuse d’être fusillé dans le dos.

« Soyez fier de votre papa. Il sait que vous pouvez l’être ; la tête de Maure et la fleur rouge, c’est le seul deuil que je vous demande. »

écrit-il à ses enfants avant d’être décapité au poignard.

Last modified: 25 novembre 2016

Comments are closed.